lundi 13 mai 2013

iPad Mini - The Perfect Size !


Dans un billet précédent, j'évoquais l'utilisation de l'iPad comme tablette aéro.
Après quelques années de pratique, le rôle phare de mon vieil iPad 1 dans le cadre de mon activité aéronautique est resté essentiellement la préparation au sol, et un accompagnement plutôt passif en vol. La raison en est principalement sa grande taille, pas toujours évidente à caser dans un cockpit exigu sans occasionner de gêne.

L'arrivée sur le marché de l'iPad Mini a immédiatement suscité mon intérêt, sa taille intermédiaire me laissant entrevoir le successeur rêvé pour mon fidèle mais vieillissant iPad 1.

iPad trop grand, iPhone trop petit...

iPhone, iPad Mini et iPad.


Volant pour l'essentiel sur Robin DR400, aucun endroit du cockpit ne m'a jamais paru adéquat pour fixer le grand et relativement lourd iPad 1 dans l'habitacle sans boucher la vue ni gêner.
En l'absence de passager entre les mains duquel la tablette trouve généralement une place idéale à bord, son positionnement le plus propice reste à mon goût simplement posé sur ma planchette de bord. Le rôle de la planchette est d'une part de surélever l'iPad juste ce qu'il faut pour ne pas gêner le débattement du manche, d'autre part d'avoir toujours de quoi revenir au papier-crayon traditionnel et garder la documentation imprimée (VAC et autres) sous la main. Ainsi posé, en appui contre mon bassin et sous mon avant-bras gauche, la grande tablette tient parfaitement en position et reste consultable au même titre qu'une carte papier posée sur les genoux, mais ne se prête que peu aux manipulations (feuilleter les VAC, chercher une fréquence, vérifier un espace, etc.) sans plonger la tête dans l'habitacle.

Ma religion a alors toujours consisté à conserver mon iPad à cet emplacement, pour consultation rapide (d'où le rôle d'accompagnement passif en vol)  tant que tout allait bien, mais à ne pas hésiter à le dégager sur un siège arrière ou dans le vide-poche dès qu'il pouvait devenir gênant. Ainsi, par exemple, je l'ai presque toujours rangé préventivement en approche avant l'atterrissage, avant même qu'une éventuelle gêne ne puisse être constatée.

Quant à l'iPhone, sa petite taille et son manque d'autonomie ne m'ont m'ont jamais laissé entrevoir d'utilisation régulière à bord, la batterie devant être à mon sens préservée pour le rôle primaire de cet appareil : le téléphone, souvent très utile une fois posé.

Comparaison de taille entre iPhone 5, iPad Mini et iPad.


La taille idéale.


Du point de vue des dimensions, l'iPad Mini représente alors une forme de compromis optimal, assez grand pour conserver le côté lisible et confortable de l'iPad, mais nettement plus facile à caser dans l'habitacle d'un petit avion de tourisme, puisqu'il a à peu près la largeur de ma planchette de bord.

Mon premier réflexe a du reste été de poser l'iPad Mini sur ma planchette. Une fois assis dans l'avion, j'ai toutefois rapidement été convaincu qu'il fallait néanmoins le fixer d'une manière ou d'une autre, car là où l'iPad « normal » n'avait nulle part où s'échapper, l'iPad Mini a davantage de liberté et glisse volontiers en vol.

L'iPad Mini posé sur ma planchette de bord.

Fixer l'iPad Mini dans l'avion.


Selon le type d'avion sur lequel on vole, il peut se présenter différentes opportunités de placer l'iPad dans l'habitacle et les méthodes optimales de fixation (pince, ventouse, etc.) vont également varier.
Pour ma part, la fixation doit répondre à 4 critères principaux :

1) l'iPad Mini doit être placé à un endroit où il ne gêne ni la vue (extérieure et instruments) ni l'accessibilité et le débattement des commandes, tout en pouvant être consulté d'un coup d’œil rapide en vol.
2) la fixation doit être robuste, la tablette ne doit pas vibrer excessivement et surtout ne pas tomber en vol.
3) le système doit pouvoir se monter et se démonter rapidement sans laisser de trace indélébile (avion de club).
4) idéalement, l'iPad doit pouvoir être installé avec sa Smart Cover, ou sa housse de protection selon ce que je suis susceptible d'utiliser, sans devoir à chaque fois l'en extraire.

La marque RAM Mounts propose une panoplie de fixations dédiées à l'iPad Mini. Quel que soit le système vers lequel on se dirige, je recommande vivement les produits de cette marque qui font généralement l'unanimité pour eux et dont la légendaire robustesse justifie largement le prix. Cela vaut également pour les autres équipements que vous pourriez vouloir installer.

Je propose ci-après quelques systèmes que j'ai essayés ou envisagés, en commençant par celui que j'ai actuellement adopté.

Fixation sur la casquette du tableau de bord, le Saint Graal...


La taille de l'iPad Mini permet de le placer dans le coin gauche du tableau de bord du DR400 sans masquer d'instrument ni gêner la vue extérieure, contrairement à l'iPad classique qui est trop grand.

L'emplacement idéal à mon goût pour l'iPad Mini dans le DR400


Cet emplacement, juste sous les yeux du pilote, est à mon sens optimal : l'écran est parfaitement lisible et directement accessible quasiment sans quitter l'extérieur des yeux — en tout cas moins longtemps que pour consulter une carte papier pliée sur les genoux. De plus, je peux conserver ma planchette de bord classique, attachée à ma cuisse gauche, pour prendre des notes ou garder des documents au format papier sous la main. En d'autres termes, mon iPad Mini ne prend la place de rien, il occupe simplement un espace resté jusqu'ici disponible.

Un autre avantage de cet emplacement est qu'il est à proximité immédiate d'une bouche d'aération. Cela permet en vol de maintenir l'appareil bien frais si d'aventure le vôtre a tendance à chauffer, en particulier lors d'utilisation intensive l'été en plein soleil.

Après divers essais, j'ai finalement opté pour un ensemble de la combinaison suivante :

- Berceau RAM Tab-Tite, qui permet d'accueillir une variété de tablettes de ce format, sans devoir les retirer de leur fourre. Aucun souci évidemment avec la Smart Cover, mais cela n'aurait pas davantage posé de problème si j'avais eu une fourre plus épaisse, voire un modèle avec clavier incorporé. On ouvre le berceau, on pose l'iPad Mini, on relâche et c'est fait, le puissant ressort maintient parfaitement la tablette en place.
Même chose pour retirer la tablette, par exemple lors d'une étape au sol.

- Fixation RAM Glare Shield Clamp, conçue pour les casquettes de tableau de bord, mais dont l'ouverture est un peu juste pour celle des DR400, selon les modèles. Finalement, j'ai trouvé qu'il était encore mieux de fixer cette pince sur le côté de la casquette, où l'épaisseur est un peu moindre. Cela tient parfaitement sans faire de marques, grâce à un caoutchouc protecteur.


Fixation du Glare Shield Clamp sur le côté de la casquette du DR400. On note l'épaisseur du support Tab-Tite permettant d'accueillir l'iPad Mini avec sa fourre.


Contrairement à beaucoup de fixations du commerce, le système RAM ne nécessite pas de vaincre le frottement de maintien des articulations pour le réglage : on desserre une vis à ailettes, les articulations sont alors libres, on règle en continu comme on veut et l'on resserre. Ça ne bouge plus, même avec des vibrations : c'est robuste.

À noter qu'il est aussi possible de fixer l'iPad Mini au même endroit avec le RAM Yoke Mount, ce qui a l'avantage d'offrir un peu plus de souplesse de positionnement car il s'ouvre davantage que le Glare Shield Clamp tout en étant compatible avec le même berceau RAM Tab-Tite et servira naturellement si vous volez également sur d'autres avions équipés de yokes. Toutefois, dans le cadre du DR400, il sera nécessaire de bricoler un adaptateur afin que les mâchoires du Yoke Mount ne marquent pas la casquette du tableau de bord.

Les seules circonstances dans lesquelles une tablette fixée à cet emplacement peut devenir gênante, c'est en cas d'atterrissage forcé en campagne, où l'on pourrait venir taper dans la fixation. Si l'urgence le permet, retirer le dispositif d'un coup sec et le balancer derrière avant de poser.


Bricolage : il y a plusieurs types, épaisseurs et matières de casquettes de tableau de bord sur les DR400, en fonction des époques. Il faudra probablement chercher dans chaque cas le meilleur endroit pour fixer la pince et adapter la protection pour minimiser les risques de marques, puis couper les vis en nylon à la longueur voulue pour plus de confort. L'image ci-après montre ma solution.

Modification du Glare Shield Clamp pour l'adapter à la casquette du DR400. Les vis ont été raccourcies et j'ai ajouté une bande de caoutchouc autocollant pour éviter de laisser des marques.



Fixation par ventouse.

Comme alternative à la pince sur la casquette du tableau de bord, on peut opter pour un dispositif à ventouse (compatible avec le berceau RAM Tab-Tite) qui peut se fixer à la verrière sans laisser de trace indélébile.

Il est possible de fixer l'iPad Mini dans le DR400 à peu près au même endroit que ce que j'ai décrit ci-dessus, mais uniquement verrière fermée, et il faudra impérativement démonter le dispositif avant d'ouvrir la verrière. C'est tout de suite moins pratique.

Un autre emplacement que j'ai testé est le haut de la verrière, moins optimal, mais néanmoins fonctionnel.


iPad Mini fixé par ventouse, sur le haut de la verrière.

Un aspect à garder à l'esprit avec les ventouses est qu'elles fonctionnent par dépression. Par conséquent, en montant en altitude et en fonction des conditions du jour, une ventouse qui tenait fermement au sol est susceptible de se détacher sans crier gare, donc pas nécessairement à un moment opportun.

Astuce : Si vraiment vous choisissez cette solution, optez si la place le permet pour un système à plusieurs ventouses. Peu de chances en effet qu'elles lâchent toutes simultanément, cela laisse le temps de recoller celle qui a lâché avant que le dispositif ne tombe.

Planchettes à iPad.

On trouve également sur le marché des planchettes de bord avec logement pour iPad.

Planchette de bord avec compartiment à iPad Mini.

En ce qui me concerne, je n'aime pas trop l'idée du rabattant que l'on doit ouvrir pour consulter l'iPad puis refermer, je cherche plutôt à minimiser les manipulations et celle-là me semble bien inutile.
L'image montre une utilisation en jambe droite sur un avion équipé d'un yoke (Cessna), configuration pour laquelle la planchette semble avoir été conçue.

Dans un avion équipé de manches comme le DR400, je trouve la planchette en jambe droite gênante si l'on pilote de la main droite (c'est mon cas), j'attache par conséquent toujours ma planchette à ma jambe gauche. La gêne n'est alors occasionnée que dans les brèves phases de pilotage de la main gauche, c'est parfaitement surmontable.

Le problème d'une telle planchette en jambe gauche sur DR400 est alors le rabattant qui, une fois ouvert, interfère avec le manche, ce qui pour ma part n'est pas concevable.

Sur son excellent blogue Du Virtuel au Réel, mon ami Vincent ne semble apparemment guère plus convaincu que moi malgré les différents types d'avions sur lesquels il a la chance d'évoluer.

WiFi ou 3G ?


Exactement comme pour l'iPad, la question se pose au moment de l'achat d'un iPad Mini de choisir entre WiFi seulement et WiFi + 3G, avec précisément les mêmes critères techniques, à savoir que seul le modèle 3G + WiFi dispose d'une puce GPS intégrée, totalement indépendante de la présence ou non d'une carte SIM ou de l'utilisation de la 3G.

Pour ma part, disposant d'un confortable capital de points et de bons d'achats dans un grand magasin connu, je me suis offert le modèle 32GB 3G + WiFi, dans lequel je n'ai pas mis de carte SIM.

Ainsi, j'utilise pour l'instant le GPS interne, qui fonctionne à merveille dans un DR400. Rien ne m'empêche par la suite d'investir dans un GPS externe, plus performant, mais j'avoue que pour l'instant le besoin ne s'en fait pas sentir.
Je verrai à l'usage si je change d'avis à ce sujet.

Si l'on opte pour un iPad Mini WiFi seulement, il faut passer par un GPS externe, exactement comme pour l'iPad WiFi. On en trouve plusieurs modèles certifiés par Apple, les plus pratiques étant probablement ceux qui se branchent par Bluetooth, donc sans fil comme par exemple le Bad Elf GPS Pro ou le Garmin GLO.
Là aussi, Vincent (Du Virtuel au Réel) a publié un billet résumant bien les différentes options et y propose ses appréciations.


Retina or not Retina, is that really the question ?


Une inquiétude que l'on entend régulièrement concerne l'absence actuelle d'écran Retina sur l'iPad Mini, avec la question de savoir si c'est un handicap.

Certes, s'il s'agissait d'observer le piqué de photographies en haute définition, l'écran Retina du grand frère iPad 3 ou 4 apporterait une plus-value appréciable par rapport à l'écran "standard" de l'iPad Mini, même si le résultat sera toujours inférieur à ce que l'on obtient sur un bon moniteur.

Dans un cadre aéro, cependant, impliquant entre autres l'affichage d'applications comme Air Navigation ou SkyDemon (par exemple) ou de documents PDF, la qualité d'image et la lisibilité sur iPad Mini sont absolument irréprochables, même pour les petits caractères.
Pourtant, je l'avoue, j'utilise également beaucoup mon iPad Mini pour des applications non-aéro : je lis avec l'application Kindle, je surfe sur le ouèbe, je traite mes courriels, je regarde des photos, je joue, ... et en toutes circonstances je trouve la qualité d'affichage excellente.

Un point important à savoir est que l'écran Retina nécessite plus de puissance de calcul qu'un écran "standard". Il en résulte que pour avoir la même réactivité, l'écran Retina va consommer davantage et, surtout, l'appareil va chauffer beaucoup plus. Pour mémoire, tous les cas que j'ai constatés* d'iPad refusant le service pour cause de température trop élevée (protection thermique) ont été observés sur des modèles avec écran Retina. Je n'ai encore jamais rencontré ce problème, ni avec l'iPad 1, ni avec l'iPad Mini, bien que je les laisse allumés en permanence, luminosité au max.

Pour résumer, je vois donc l'absence d'écran Retina sur l'iPad Mini plutôt comme un avantage dans le cockpit. À voir, le jour où sort un iPad Pad Mini avec écran Retina, si je révise mon jugement... ou pas.

*à ce jour 3 cas observés sur iPad d'autrui.


Autonomie


Un des gros points forts de l'iPad classique est sa très confortable autonomie, puisque mon iPad 1 tenait environ 7h en utilisation intensive, mise en veille désactivée, GPS Bad Elf branché, luminosité élevée et application Air Nav Pro en premier plan ou en tâche de fond.

Je n'ai pas encore effectué de mesures systématiques avec l'iPad Mini. À partir de ce que j'ai pu observer jusqu'ici, j'estime pouvoir tabler sur une autonomie de 4h30 dans mes conditions d'utilisation intensive à bord de l'avion, à savoir :
- pas de carte SIM,
- WiFi allumé,
- Luminosité au max,
- Air Navigation Pro au premier plan ou en tâche de fond, sur GPS interne,
- Mise en veille désactivée.

C'est nettement moins que ce que j'obtenais avec l'iPad 1, mais cela reste très largement suffisant pour ce que je fais, sachant qu'après 2h de vol en DR400 je suis normalement heureux de poser pour me déplier et, après 3h, c'est la cavalerie qui commence à avoir soif...
À titre de comparaison, la batterie du Garmin Aera n'est déjà plus très vaillante après 2h30 de vol...

Si toutefois on envisage de faire plus dans la même journée (voyage), prévoir par exemple une batterie externe, qui permettra soit de maintenir plus longtemps la charge de la batterie (long range), soit de recharger la tablette lors des étapes si aucune prise de courant n'est disponible.

Enfin, il est aussi possible de brancher l'iPad Mini sur la prise allume-cigare des avions qui en sont équipés. Il y a cependant 2 points à prendre en considération :

1) suivant où se trouve la prise et où vous placez votre tablette, le câble peut devenir gênant.
2) le circuit électrique de l'avion n'est pas forcément dimensionné pour recharger une tablette sur la prise allume-cigare et cela peut réserver des surprises.

Prudence, donc...

Mon expérience et mes conclusions


Après quelques heures de vol, force est de constater que, dans mon cas, l'iPad Mini remplace avantageusement son grand frère iPad grâce à sa taille réduite, qui permet de le fixer dans le coin supérieur gauche du tableau de bord du Robin DR400, sans occasionner de gêne, tout en restant parfaitement lisible (même en plein soleil) et accessible, juste sous mes yeux.

Je n'ai pas encore eu l'occasion de l'expérimenter à bord d'avions à yoke (Cessna, PA28, etc.) mais les différences de taille et de poids sont également favorables en vue d'une fixation au yoke.

L'utilisation au sol pour la préparation du vol reste rigoureusement identique à ce que je faisais avec l'iPad : les mêmes applications, les mêmes briefings...

La prudence à avoir vis-à-vis de tout GPS et de toute base de données subsiste intégralement, à savoir que nul système n'est infaillible et nulle base de données n'est complète ni exempte d'erreurs. Garder toujours l'esprit critique : ce que la machine nous crache fait-il du sens ?

Je continue à préférer naviguer le nez dehors, en reconnaissant le terrain par rapport à ce que j'ai préparé.

Toutefois, avec l'iPad Mini ainsi fixé juste sous les yeux, je me suis surpris à utiliser Air Navigation de façon nettement plus active en vol que d'ordinaire, profitant de vérifier que je passais bien à l'extérieur des espaces que je voulais éviter, de vérifier le plancher des TMA (y compris quand je les connaissais par cœur) puis, à titre d'exercice de déroutement, chercher la fréquence, afficher la VAC et m'intégrer sur un terrain où je n'avais initialement pas du tout prévu de me rendre (i.e. pas de doc papier sous la main), le tout sans jamais quitter longtemps des yeux ce qui se passait dehors — à peine quelques coups d’œil pas tellement plus longs que pour contrôler ma vitesse ou mon altitude, et nettement plus brefs que pour chercher ces informations sur de la doc papier, même préparée à l'avance.

À côté de cela, je conserve ma planchette de bord classique, sur laquelle je continue à prendre des notes, comme d'habitude : le QNH, les heures, le log de nav, la gestion du carburant — ça tombe bien, l'heure est lisible juste devant moi, sur l'écran de l'iPad Mini.
Rangées par ordre d'utilisation dans la planchette, je continue à préparer les VAC pour mes vols, même si je n'ai plus l'occasion de les sortir.
Glissée contre la paroi à côté de moi, pliée en prévision du vol, je conserve ma carte OACI papier, même si au final elle reste là...

Et l'iPad 1, dans tout ça ? il est toujours avec moi, dans le sac ou dans le vide-poches, chargé, AIP Suisse complète et à jour, en backup...

dimanche 14 avril 2013

Jersey, c'est coton...


Jersey, avec entre autres Guernsey et Alderney, forment les îles Anglo-Normandes, en anglais Channel Islands (C.I.), un petit archipel dépendant de la Couronne britannique, situé au large des côtes normandes.
Les îles Anglo-Normandes, ou Channel Islands


Pour un pilote privé, surtout en France, les îles Anglo-Normandes présentent un intérêt particulier pour au moins deux raisons qui permettent à un pilote peu expérimenté de progresser :

1) même si elles sont à quelques nautiques à peine des côtes françaises, c'est en territoire britannique, la radio se fait donc obligatoirement en anglais, avec un LP level 4 minimum et un certain dépaysement est assuré.

2) elles sont enveloppées d'une zone en classe A, donc interdite aux VFR, mais perméable sous plan de vol (FPL) en Special VFR (SVFR). PPR requis.



La classe A est perméable aux SVFR


La traversée de France vers les Anglo-Normandes s'effectue selon des routes pré-établies en fonction de la provenance, par exemple de Granville (GV) à South East Corner (SEC) pour Jersey, le contact devant être établi dès GV avec la demande d'autorisation pour entrer dans la zone. Vous trouverez tous les détails pratiques sur la manière de procéder sur www.cicz.co.uk.


Les routes définies entre la côte française et les Channel Islands

L'origine de cette organisation musclée de l'espace aérien remonte à une autre époque, où la densité de trafic à Jersey était considérable. Des projets sont en cours aujourd'hui pour en alléger les restrictions.

Pour cette session Real-Sky* en soirée (mais vol de jour), nous disposons d'un contrôleur à la tour de Dinard St-Malo LFRD, du SIV de Rennes, d'un contrôleur à Jersey Approach ainsi que dans les tours de Jersey EGJJ, de Guernsey EGJB et d'Alderney EGJA.

Décision est donc prise, afin de profiter de ces services, de partir de Dinard LFRD, en Bretagne, tout près de Saint-Malo, avec Jersey comme destination.

Nav Dinard LFRD - Jersey EGJJ par les Minquies, c'est tout droit...

On partira au nord, en sortant de la CTR de Dinard par le point de report ND (île de Cézembre), puis traversée directe vers les Minquiers (Minquies), un archipel de rochers essentiellement découverts à marée basse, et constituant le point de report avant d'entrer dans la classe A et approche de Jersey par le sud.

Le trajet fait moins de 40 nm, soit une vingtaine de minutes à peine en DR400, un plan de vol doit être déposé.

Un plan de vol est déposé pour Jersey par MINQI


Péparatifs du DR400-180 HB-KET sur le parking d'aviation générale de Dinard LFRD.

La VAC de Dinard LFRD


Décollage en 35 depuis la bretelle J et montée initiale à 1'500ft pour rappeler à ND, clairement identifiable puisque c'est une île. Je bascule alors sur Rennes Info, 126.950. Un échange est en cours, j'attends donc pour appeler. Je suis un peu surpris d'entendre un pilote demander au SIV l'autorisation de monter à 2'500ft. En réalité, je suis moyennement surpris parce que ce n'est pas la première fois que je l'entends. Le SIV répond du reste "vous êtes en espace Golf, rappelez quand vous êtes à 2'500ft". Je m'annonce donc - zut ! je n'ai pas retenu le nom de l'île matérialisant le point de report ND (Cézembre, bon sang !) et il n'est pas indiqué sur la VAC (dans le texte, certes, mais pas le temps de chercher). Je donne par conséquent comme position ND de Dinard et ça ne semble pas poser de problème au SIV, qui me demande de prévenir si je change de niveau.

Wilco, mais du coup je comprends un peu mieux la confusion du pilote venant de Jersey entre prévenir et demander une autorisation pour changer de niveau en espace non contrôlé...

J'écoute au passage l'ATIS de Jersey, qui a la particularité d'être sur le VOR. Information W, 27 en service, vent 290 degrés 7 kt, visibilité 10km +, few 2'800ft, température 14, dew point 8, QNH 1022, QFE 1012, No sig, fréquence Jersey Ground 120.9 closed, say aircraft type on initial contact...

Je vois déjà les rochers des "Minquies" devant le capot, je m'attends à être basculé sur la "zone", j'ai préparé en SBY la fréquence de Jersey APP. Annonce de trafic, je croise un C172 en sens inverse, on se salue, il passe rapidement sur mes 3h.

Bon, le point de report est juste là, devant moi, je demande à quitter la fréquence, le SIV de Rennes me bascule sur Jersey Approach, 120.300.

Well, me dis-je en aparté et en anglais car je suis multilingue, les choses sérieuses commencent ! pas très sûr maintenant de ce dont mon interlocuteur aura besoin de ma part. J'ai déposé un FPL, est-ce que le contrôleur l'a reçu ? Est-ce que Rennes Info lui a indiqué que j'arrivais ? De toute façon je vais à Jersey et l'ATIS W demande d'indiquer le type d'avion on initial contact. Donc je respire un bon coup, j'appelle, "Jersey Approach, good evening, HBKET"...
- "HBKET, Jersey Approach, good evening, go ahead".
 Je passe ensuite une annonce relativement standard, "HBKET, DR40, VFR from Dinard to Jersey according to filed flight plan, Minquies 1'500ft information W, request onward clearance to the Channel Islands Control Zone".

Et là, pur bonheur, je crois être tombé sur une fréquence de la BBC, avec un anglais parfait, très lent et clair - probablement nettement plus qu'en réalité, pour tâcher de nous faciliter la voice. Je reçois le squawk 1257 puis, après identification, l'autorisation d'entrer dans la zone en me donnant le cap 350°, not above 2'500ft QNH 1022, expect runway 27 at Jersey. Je collationne avec le QNH, l'autorisation d'entrer dans la zone, le cap la piste 27 et un Wilco.

Au moment où je le dis, d'un flash j'imagine mon FI rouspéter à côté de moi que la consigne d'altitude, il faut la collationner en entier.
Le contrôleur est du même avis :
- "HBKET, not above 2'500ft", que je collationne correctement, cette fois. "HBKET, readback correct, expect runway 27", que je collationne par un "expecting runway 27, HBKET".

La zone de Jersey.


Quelques secondes plus tard, "HBKET turn right heading 360 degrees", et de vecteur en vecteur, je me laisse guider, l'île de Jersey apparaissant face à moi.
- "HBKET, do you have the island in sight ?"
- "Affirm, HBKET".

Quelques secondes passent... l'île se rapproche.
- "HBKET, do you have the airport in sight ?"
- "Affirm, we have the airport in sight, HBKET".
- "When ready descend to 1'000ft QNH 1022".

Puis au bout d'un instant
-"HBKET, contact Jersey Tower 119.450".
-"119.450, good night and thank you, HBKET".

Je suis sous surveillance radar et FPL, normalement Jersey APP qui m'a amené à quelques minutes de l'AD, sur un cap entre Noirmont Point Lighthouse et South East Corner, aura transmis toutes les infos utiles à Jersey Tower.
- "Jersey Tower, HBKET".
- HBKET, good evening, go ahead".
- "HBKET, good evening, DR40, Special VFR from Dinard, for landing, information W... approaching the airfield, 1'000ft"... Mouais, c'est pas terrible comme report de position, mais normalement il m'a sur son radar et avait déjà toutes les infos.

-"HET, if you are overhead the airfield head towards the southern coast of the island".
Ah m... il ne sait visiblement pas où je suis, et donc mon annonce de position était mauvaise, va falloir faire mieux que ça ! Voyons voir la carte...
-"We are reaching the southern coast of Jersey, we just passed heu... Noirmont Point Lighthouse, HET".
-"HET, Jersey Tower, say again reporting point ?"
-"Noirmont Point Lighthouse, HET".

Bon sang, et j'arrive plein badin, vite : casser la vitesse et faire mes checks d'approche, pas se laisser dépasser par l'avion. Ça ne tarde pas, je suis autorisé pour une intégration directe en base main gauche piste 27.

L'axe de la piste se rapproche, je me prépare à virer en finale.
- "HET, Jersey Tower, do you have the traffic in sight, a B737 5 miles on final runway 27 ?"
- "Negative, looking out for traffic, HET".
Pu...ain il est où lui ? Je me démonte les cervicales en overshootant l'axe de piste
- "HET, should we orbit now ?"
- "HET, Jersey Tower, orbit left now".
- "Orbiting left now, HET".

Pffff j'ai beau me dévisser les cervicales, je ne le vois pas, je patatoïse largement mon orbite pour m'éloigner au mieux de l'axe et remonter à l'altitude du circuit parce que j'ai laissé filer mes paramètres, moi !

C'est quand même pas possible de ne pas la voir cette bétaillère ?!

- "HET, Jersey Tower, you are number 2 behind the 737 now on short final, cleared to join final runway 27, report when turning final".

Bon, je ne le vois toujours pas, ce trafic, mais il est passé. Pas de turbulences de sillage dans FSX, donc allons-y gaiement, me voilà établi en finale 27.

- "HET, keep your speed up, expect a late landing clearance".

Le seuil s'approche, je suis prêt pour une remise de gaz.
- "HET, cleared to land rwy 27, wind 290 degrees 7 kt".
- "Cleared to land rwy 27, HET".

Et voilà, posé pas cassé, vitesse maîtrisée.
- "HET, exit the runway at the next taxiway on your left, report when runway vacated".
Je sors à l'intersection F.

Jersey airport - les avions de tourisme en visite se parquent à l'aéroclub, tout à l'est du terrain.

- "HET, runway vacated intersection Foxtrot".
- "HET, Jersey Tower, taxi to aeroclub parking, first takiway on your left, report at A3".
- "Taxi to aeroclub, first taxiway on the left, heu... say again reporting point, HET"
- "HET, Jersey Tower, report at A3".
Bon sang, c'est bien ce que j'ai compris, mais je ne pige pas ce qu'il veut que je fasse depuis l'intersection F ?!
- "will report at A3, HET". Je roule jusqu'au taxiway A.

- "HET, confirm you want me to turn right now towards A3?"
- "HET, Jersey Tower, where are you now ?"

Ah ! il ne me voit pas, obviously...

- "Intersection Foxtrot, just entering taxiway Alpha at the stopbar, HET".
- "HET, Jersey Tower, turn left now and taxi eastward to the aeroclub parking, then first taxiway on your right, report at H".

Ok, maintenant c'est clair, et quelques instants après, me voici parqué dans l'herbe du Light Aircraft Grass Parking pour rejoindre la salle de briefing. Suite à une installation de dernière minute, un firewall trop peu permissif a en fait privé toute la soirée le contrôleur de Jersey Tower de radar, raison pour laquelle il ne pouvait me voir.

Photo souvenir sur le parking aeroclub de Jersey EGJJ


Voilà un vol court, mais intense et hautement didactique. Et puis j'ai eu une bonne poussée d'adrénaline avec ce trafic fantôme en finale (contrôleur facétieux qui voulait mettre une touche de piment)...

Merci à tous, et aux contrôleurs en particulier, pour ces excellents instants !

Une fois de plus, ce n'était pas un jeu : lors de cette session Real-Sky, j'étais mentalement dans l'avion et j'ai vécu ce vol avec la même concentration qu'en vrai. Y a-t-il meilleure préparation avant de s'y rendre pour de bon ?


*Real-Sky est une association française proposant à ses membres des séances de vol VFR en réseau sous Microsoft Flight Simulator (FSX) dans un environnement de radiotéléphonie particulièrement réaliste, animé par de vrais contrôleurs.

PS : la session de ce soir débutait à 20h LT et permettait de voler bien davantage. L'ayant rejointe tardivement pour des raisons organisationnelles, je me suis contenté cette fois d'un vol court.

dimanche 10 février 2013

Garmin GNS430 WAAS de RealityXP


Jauge Garmin GNS WAAS 430 pour FSX, par RealityXP

Suite à l’arrivée dans mon club d’un Robin équipé d’un Garmin GNS 430 s'est posé pour moi la question de la familiarisation avec ce système intégré, dont l’utilisation appropriée n’est pas forcément triviale sans un minimum de pratique.

Comme il combine à la fois le bloc de communications radio (COM), le récepteur NAV pour le VOR 1 et un module de navigation avec récepteur GPS et bases de données, il n'est pas question de l'ignorer simplement en le laissant éteint sous prétexte que l'on n'a pas besoin du GPS pour voler.
Mais le fait de disposer d'un tel équipement est en soi une invitation à dépasser le simple stade de savoir sélectionner et activer une fréquence COM, puis de découvrir à son rythme la vaste étendue des possibilités offertes par cet appareil, alors que ce n'est justement pas une fois assis aux commandes de l'avion qu'il sera opportun de commencer à pianoter sur les touches en cherchant comment faire.

Garmin propose un module Trainer qui permet, sur un ordinateur, d’afficher et de parcourir les divers menus du GNS de la série 400, en simulant un vol en pilote automatique afin de voir comment tout cela fonctionne et interagit. Toutefois, tel que mis à disposition, ce module n’est apparemment compatible ni avec Windows Vista, ni avec Seven, ni avec les systèmes 64 bits, et encore moins avec la famille des produits à la pomme, ce qui en limite considérablement l’utilisation sur les ordinateurs actuels. Il faut dire que le GNS430 date déjà de… 1998.

Pour les adeptes de Flight Simulator, l’éditeur RealityXP propose parmi ses excellents produits des GNS 430 et 530 virtuels qui sont actuellement la référence absolue en la matière puisque la « jauge » qui s’installe dans le tableau de bord de vos avions intègre en arrière-plan le Garmin Trainer, en le couplant à Flight Simulator. On obtient par conséquent un GNS 100% conforme au vrai dans son fonctionnement, ses menus et son utilisation et que l’on peut donc apprendre à utiliser dans n’importe quelle situation, au plus proche de la réalité, sans risque et à bien peu de frais – à peine une trentaine d’euros pour l’achat de la « jauge ».

À noter que le GNS430 de Reality XP est diponible tant pour Flight Simulator (FS2004 et FSX) que pour X-Plane (version 9) et qu'il fonctionne parfaitement sous Windows Seven 64 bits.

Comment l'installer dans Flight Simulator ?


Certains avions récents comme par exemple le très joli Tecnam P2002 de ANT’s Airplanes sont prévus d’origine pour accueillir les GNS 430 et/ou 530 de Reality XP, c’est le cas de figure le plus simple puisqu’un menu contextuel de l’avion permet de choisir d’un clic de souris le GNS que l’on veut avoir à bord, si l'on dispose de la jauge.

Un menu contextuel du Tecnam permet de choisir le GNS430 de RealityXP



Sinon, pour intégrer le GNS au tableau de bord d’un avion, la seule contrainte est de trouver la place de l’y caser, le cas échéant en supprimant d’autres instruments si l’on y tient.

Certains avions comme le DR400 de Lionheart’s Creations sont équipés d’origine d’un GNS basique, inspiré de la gamme Garmin, mais pas forcément aussi fidèle au vrai. Il suffit en ce cas de le remplacer au même emplacement par le modèle RealityXP, dans le fichier texte panel.cfg, éditable avec Notepad (nul besoin d'un atelier agréé).


Le panel du DR400, équipé du GNS430 de RealityXP


RealityXP fournit avec ses jauges GNS WAAS FSX Config, un petit programme installateur qui scanne votre bibliothèque d'avions et permet de placer très simplement la « jauge » dans n’importe lequel, au moins comme jauge 2D (surimpression dans un coin de l’écran, que l’on fait apparaître et disparaître en vol par une combinaison dédiée de touches, par exemple SHIFT+9).

GNS WAAS FSX Config permet de placer très simplement le GNS430 dans n'importe quel avion de votre bibliothèque FSX.


Si le coeur vous en dit, vous pouvez même réaliser une installation aussi anachronique qu'un GNS430 à bord d'un P-40 des Flying Tigers.


La mise à jour des cycles AIRAC.


Le GNS430 de RealityXP s'appuie sur le Trainer de Garmin. Les bases de données de terrain et de navigation sont donc celles, datant de 2007, fournies par Garmin avec le Trainer (base de terrain V2.00 et cycle AIRAC 0711). Autant dire que des fréquences, espaces, procédures, etc. ont changé depuis ou n'existaient même pas et que cette base de données est totalement obsolète.

La première chose à faire est de mettre à jour ou au moins rafraîchir ce qui peut l’être. Ceci est également valable pour la simple utilisation du Garmin Trainer.
Une méthode simple et efficace pour passablement rajeunir les bases de données est de télécharger gratuitement le Garmin Trainer du GNS600, qui dispose de données de 2010 (base de terrain V3.00 et cycle AIRAC 1009).


Une fois le trainer du G600 installé, les fichiers suivants sont à récupérer du dossier ...\Program Files\Garmin\G600 Trainer\Gdu\db\

  • bmap.bin 
  • terrain.odb
  • terrain.tdb
  • worldwide.bin

Renommer bmap.bin en basemap.bin puis recopier ces 4 fichiers en remplaçant les originaux dans le répertoire ...\Program Files\Garmin\GNS400W-500W Trainer\Trainer\ du GNS430 où il a été installé.

Ensuite, on trouve assez facilement des fichiers worldwide.bin de cycles AIRAC récents si l'on veut être régulièrement à jour.


Le GNS430 du Robin, avec le cycle AIRAC 1213.


Pour ceux qui sont à l'aise en informatique et qui veulent rester à jour, voici décrit pas-à-pas comment récupérer les cycles AIRAC directement chez Garmin (voir bas de page).

Dans l'avion.


Le GNS430 s'allume comme le vrai au moyen du bouton C, en haut à gauche. On appuie sur les boutons avec le curseur de la souris. Lorsque celui-ci arrive sur un bouton rotatif il devient vert puis, au bout de quelques secondes sans action son nom s'affiche, facilitant son identification. Un clic gauche sur un bouton rotatif tourne la molette à gauche, un clic droit la tourne à droite, un clic sur la roulette centrale presse le bouton. Grâce au concept RealityXP, basé sur le Garmin Trainer, le reste de l'utilisation du GNS430 dans Flight Simulator est totalement conforme à la réalité.

Le passage du curseur de la souris sur un bouton l'affiche en vert, puis son nom s'affiche.

La programmation d'un plan de vol VFR est facile, mais nettement moins conviviale que ce dont on a l'habitude aujourd'hui avec Air Navigation Pro sur l'iPad, ou Navigation de Foufou sur PC.
Sur le GNS, la philosophie des boutons rotatifs pour écrire demande un peu d'habitude, ce n'est qu'en pratiquant qu'elle s'acquiert - et si possible pas le jour où le GNS pourrait s'avérer utile pour vous tirer d'un mauvais pas.

Plan de vol VFR rapidement enregistré, premier leg en direction de Lausanne.

Le GNS s'affiche exactement comme le vrai dans le cockpit virtuel de l'avion. Toutefois, pour un meilleur confort d'utilisation et une lisibilité accrue, un simple clic de souris sur l'écran du GNS permet de l'afficher en surimpression (popup window) dans un coin de l'écran. Ce n'est pas juste une image du GNS : les boutons sont actifs exactement comme sur le GNS du tableau de bord. Cela permet juste de le garder dans le champ de vison où que l'on tourne la tête du pilote et de le manipuler aisément, particulièrement pour les utilisateurs de TrackIR.

Très pratique, un clic sur l'écran du GNS le fait apparaître en popup en haut à droite dans le Robin.

Un clic sur l'écran du GNS en surimpression le fait disparaître : si seulement on pouvait faire pareil dans la réalité !

Il n'y a plus qu'à mettre la puissance et c'est parti !

En vol.


En-dehors de la simple familiarisation, un des intérêts du GNS430 dans Flight Simulator est de profiter du couplage avec le pilote automatique afin d'en comprendre dans le détail le fonctionnement, dans des situations aussi réalistes que possible, mais sans risque ni conséquence si on se trompe et qu'il ne fait pas ce à quoi on s'attendait parce qu'on est peut-être resté en mode VLOC.

Couplage du PA en mode NAV, c'est le GNS430 qui pilote ! L'aiguille verticale de l'OBS1 indique la route à suivre pour le prochain waypoint (radiale virtuelle). Noter le drapeau du Glide inactif.

Dans ces conditions, l'exploration des différentes fonctions du GNS est un pur plaisir, tout en étant particulièrement efficace et sécuritaire : on ne met la vie de personne en danger en pianotant, et le jour où on a besoin du vrai on sait le faire en gardant l'esprit libre pour les tâches vitales.

Le joli Tecnam d'ANT's Airplanes est pré-configuré pour recevoir le GNS430 de RealityXP. 

Cap sur le VOR de St-Prex (SPR).

La possibilité d'afficher le GNS en popup augmente considérablement le confort d'utilisation.


Un GPS de façon générale, et a fortiori le GNS430 aussi, est très bien pour programmer tranquillement un vol au sol, puis le suivre à la lettre. Cependant, il est courant de ne pas pouvoir suivre l'itinéraire initialement prévu, soit que le contrôle nous refuse une clearance ou au contraire nous donne une "directe" vers un autre point par lequel on ne pensait pas pouvoir passer, soit que la météo nous pousse à choisir d'autres alternatives, soit que... il y a plein de raisons possibles, en fait.
Qu'est-ce qu'on fait dans ces cas-là ? On laisse tomber le GNS, trop compliqué, et on cherche un nouveau cap sur la carte, ou sur Air Navigation ? Ou bien on appelle la fonction Direct To du GNS ?

Là encore, dans Flight Simulator, c'est l'occasion d'expérimenter ce que cela donne, comment on procéderait pour changer de plans sans s'envoyer au tapis, comment ça réagirait, ce qu'il faut faire pour que ça se passe comme on veut.

Verticale de Morges (on voit même le château), que se passe-t-il si je fais maintenant un Direct-To pour LSGY ?

Le plan de vol précédent est resté, mais un nouveau leg vers LSGY est créé et activé, que le PA s'efforce de suivre (pas de soucis, il le fait mieux que moi).

On arrive à LSGY, c'est toujours le GNS430 qui pilote, que va-t-il faire ?

Réponse : il anticipe le virage vers le prochain leg au départ de LSGY, en direction de Lausanne !

En conclusion, la jauge Garmin GNS430 WAAS de RealityXP permet véritablement, grâce à sa fidélité à l'original, d'apprivoiser le GNS430 de Garmin sous toutes ses coutures dans les meilleures conditions qui soient : bien au chaud chez soi, sans frais (ou presque), sans pollution ni mise en danger d'autrui, ni conséquence en cas d'erreur, mais tout en gérant son vol et sa navigation comme en vrai — en d'autres termes, avec la même charge de travail que lors d'un vol réel, voire davantage si l'on désire compliquer un peu les choses.

Et pourquoi ne pas, dans la foulée, s'essayer à l'IFR, notamment aux procédures de départ et d'arrivée ?

Menu PROC du GNS430





vendredi 7 septembre 2012

Intégration des VAC Suisses dans Air Navigation Pro

Suite à mon billet au sujet de la sortie de l'AIP VFR Suisse en version électronique, en voici un dédié à l'intégration des cartes VAC et AREA de cet AIP dans Air Navigation Pro (ANP), version iOS.

VAC d'Yverdon ouverte dans Air Navigation Pro.


Je reste pas fan de la manière tronquée et un peu lourde dont s'ouvrent les documents PDF dans Air Navigation Pro, mais il peut être pratique d'y accéder sans devoir changer d'application.


Edit du 15.05.2013 : l'AIP Suisse est disponible de puis quelques mois sous forme d'abonnement annuel payant dans Air Navigation Pro. Le gros avantage de cet abonnement est que les cartes VAC sont gépréférencées et s'insèrent dans le fond de carte (OACI ou autre), tout en restant également consultables sous forme de PDF.


Insert de la VAC géoréférencée de Neuchâtel LSGN sur le fond de carte OACI.

Ce mode d'affichage est alors bien plus pratique à utiliser que les documents PDF et les mises à jour mensuelles sont gérées depuis Air Navigation.

La suite de ce billet s'adresse du coup à ceux qui reçoivent le CD distribué par Skyguide et qui renoncent aux cartes géoréférencées proposées par Xample, l'éditeur d'Air Navigation.


Pour les utilisateurs de PC.


Voici donc une nouvelle version de mon batch file qui, comme précédemment, transfère l'intégralité de l'AIP VFR Suisse sur mon disque dur (en réalité ma Dropbox), dans des répertoires correspondant aux chapitres de la version papier à laquelle je suis habitué. Ce qui est nouveau, c'est que ce script crée maintenant également dans un répertoire dédié de mon disque dur une arborescence contenant les cartes VAC et AREA de l'AIP Suisse, formatées pour Air Nav Pro.

Ensuite, lorsque je veux mettre à jour mon iPad, je recopie simplement cette arborescence dans le répertoire Documents\Airport charts d'Air Navigation Pro par l'intermédiaire du serveur WebDav (voir le manuel d'ANP pour établir la connexion). Enfin, je presse sur la touche qui lui fait recréer la table d'index.

Ne pas oublier de recréer la table d'index après la mise à jour.

Cette façon de procéder relève d'un choix personnel : ainsi je mets dorénavant à jour mon AIP directement dans ma Dropbox lorsque je reçois le CD - l'entier de l'AIP m'est alors disponible depuis n'importe quel ordinateur connecté au web - et je mets à jour mon iPad séparément, quand cela m'arrange. Libre à vous toutefois de faire pointer votre routine directement dans le répertoire d'ANP de votre iPad par l'intermédiaire du serveur WebDav, sans passer par le disque dur ou la Dropbox. Attention toutefois : les fonctions copy et xcopy de DOS peuvent poser problème pour copier vers un serveur WebDAV, il peut alors être judicieux d'utiliser plutôt une fonction comme Robocopy.

De même, j'ai choisi de ne pas recopier les ADINFO, puisque je reprends déjà l'intégralité de l'AIP VFR dans ma tablette (dans l'application GoodReader), mais il est très facile de compléter la routine de sorte de les avoir aussi dans ANP.

VAC d'Yverdon disponible en cliquant sur l'aérodrome.

Le batch file est directement disponible ici depuis ma Dropbox, à sauvegarder où vous voulez. Voici également le fichier ICAO_code_list.txt, à recopier dans le répertoire de destination de votre AIP (ici E:\AIP_Suisse).

Pour ceux qui préfèrent générer le batch file eux-mêmes, le code figure ci-dessous. J'indique en gras dans le code les adjonctions se rapportant à Air Navigation Pro.

LAUNCH_AIP_UPDATE.bat

(DEBUT DU CODE A RECOPIER CI-DESSOUS)


@echo off

rem *****************************
rem faites vos modifications ici
rem
set cdrom="g:"
set target="E:\AIP_Suisse"
set targetanp="E:\AirNavPro"
rem *****************************

for /f "delims=" %%a in ('dir "%cdrom%\eVFRM\" /ad /b') do set "update=%%a"
echo Update release is "%update%"
echo.

rem ***************************
rem folders tree check/creation
rem ***************************

if exist "%target%\AGA" (
rem echo OK, AGA folder exists.
FOR %%A IN (%target%\AGA\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\AGA"
echo AGA folder created
)
if exist "%target%\AMDT" (
rem echo OK, AMDT folder exists.
FOR %%A IN (%target%\AMDT\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\AMDT"
echo AMDT folder created
)
if exist "%target%\COM" (
rem echo OK, COM folder exists.
FOR %%A IN (%target%\COM\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\COM"
echo COM folder created
)
if exist "%target%\COR" (
rem echo OK, COR folder exists.
FOR %%A IN (%target%\COR\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\COR"
echo COR folder created
)
if exist "%target%\GEN" (
rem echo OK, GEN folder exists.
FOR %%A IN (%target%\GEN\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\GEN"
echo GEN folder created
)
if exist "%target%\MAP" (
rem echo OK, MAP folder exists.
FOR %%A IN (%target%\MAP\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\MAP"
echo MAP folder created
)
if exist "%target%\RAC" (
rem echo OK, RAC folder exists.
FOR %%A IN (%target%\RAC\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\RAC"
echo RAC folder created
)
if exist "%target%\SUP" (
rem echo OK, SUP folder exists.
FOR %%A IN (%target%\SUP\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\SUP"
echo SUP folder created
)
if exist "%target%\VAC" (
rem echo OK, VAC folder exists.
FOR %%A IN (%target%\VAC\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\VAC"
echo VAC folder created
)
if exist "%target%\VFR GUIDE" (
rem echo OK, VFR GUIDE folder exists.
) else (
MD "%target%\VFR GUIDE"
echo VFR GUIDE folder created
)

rem ***************************
rem fetch and rename VAC files
rem ***************************

echo.
echo Copying VAC files
pushd "%cdrom%\eVFRM\%update%\chart\"
for %%a in ("LS_ADINFO_*") do (
for /f "tokens=1-4,* delims=_" %%b in ("%%a") do (
for /f "tokens=2" %%z in ('find /i "%%e" ^< "%target%\ICAO_code_list.txt"') do ( echo copying %target%\VAC\%%z_%%e_%%f"
copy /b /y "%%a" "%target%\VAC\%%z_%%e_%%f"

if exist "%targetanp%\%%e" (
rem echo OK, %%e folder exists.
) else (
MD "%targetanp%\%%e"
echo %%e folder created
)
echo copying %targetanp%\%%e\%%e_%%z_%%f
copy /b /y "%%a" "%targetanp%\%%e\%%e_%%z_%%f"

)
)
)
popd echo.
rem ***************************
rem fetch and rename ADINFO files
rem ***************************
echo.
echo Copying ADINFO files
pushd "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\"
for %%a in ("LS_ADINFO_*") do (
for /f "tokens=1-5 delims=_." %%b in ("%%a") do (
for /f "tokens=2" %%z in ('find /i "%%e" ^< "%target%\ICAO_code_list.txt"') do (
IF /i "%%f"=="pdf" (
echo copying %target%\VAC\%%z_%%e_ADINFO.%%f"
copy /b /y "%%a" "%target%\VAC\%%z_%%e_ADINFO.%%f"
) ELSE (
echo copying %target%\VAC\%%z_%%e_%%f_ADINFO.pdf"
copy /b /y "%%a" "%target%\VAC\%%z_%%e_%%f_ADINFO.pdf"
)
)
)
)
popd
rem ***************************
rem fetch remaining files
rem ***************************
echo.
echo copying other PDF files, may take a little time, please wait...
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_AGA*.pdf" "%target%\AGA" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\chart\LS_AGA*.pdf" "%target%\AGA" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_COM*.pdf" "%target%\COM" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_COR*.pdf" "%target%\COR" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_GEN*.pdf" "%target%\GEN" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_MAP*.pdf" "%target%\MAP" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_RAC*.pdf" "%target%\RAC" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_VFR*.pdf" "%target%\" >nul

copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\AMDT\*.*" "%target%\AMDT\" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\SUP\*.*" "%target%\SUP\" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\VFG\*.*" "%target%\VFR GUIDE\" >nul

echo.

rem ***************************
rem copy update profile
rem ***************************

echo copying update information
FOR %%A IN (%target%\*.xml) DO DEL %%A
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\eVFRM_list.xml" "%target%\Last_update_%update%.xml"

echo.
echo Update number %update% done.
pause


(FIN DU CODE A RECOPIER CI-DESSUS)

Pour fonctionner, ce batch file a encore besoin de 4 choses supplémentaires :

1) tout en haut du texte, dans la zone indiquée par rem faites vos modifications ici, il faut renseigner la lettre de votre lecteur de CD-ROM (chez moi : G).

2) juste en-dessous, il faut renseigner le répertoire de destination de l'AIP sur votre disque dur (ici E:\AIP_Suisse). Si ce répertoire n'existe pas, il faut le créer avant d'exécuter le batch file.

3) encore en-dessous, il faut renseigner le répertoire de destination des cartes formatées pour ANP (chez moi : E:\AirNavPro). Si ce répertoire n'existe pas, il faut le créer avant d'exécuter le batch file.

4) dans le répertoire de destination de l'AIP que vous aurez indiqué au point 2, il faut enfin créer un fichier texte (clic droit, nouveau >, Document texte) dans lequel vous recopiez le code ci-dessous, et que vous renommez ICAO_code_list (attention à la casse et aux "_"). L'extension de ce fichier reste .txt et il est important que ce fichier soit placé dans le répertoire cible que vous avez indiqué au point 2. Ce fichier est disponible en Dropbox ici.

ICAO_code_list.txt

(DEBUT DU TEXTE A RECOPIER CI-DESSOUS)

LSPM AMBRI
LSPA AMLIKON
LSZE BAD_RAGAZ
LFSB BALE_MULHOUSE
LSXB BALZERS
LSTB BELLECHASSE
LSZB BERN
LSGB BEX
LSZP BIEL_KAPPELEN
LSZF BIRRFELD
LSZQ BRESSAUCOURT
LSZC BUOCHS
LSZU BUTTWIL
LSZJ COURTELARY
LSPD DITTINGEN
LSGE ECUVILLENS
LSZI FRICKTAL_SCHUPFART
LSGG GENEVE
LSZG GRENCHEN
LSGT GRUYERES
LSXG GSTEIGWILER
LSZN HAUSEN_AM_ALBIS
LSGP LA_COTE
LSPL LANGENTHAL
LSGL LAUSANNE
LSXL LAUTERBRUNNEN
LSGC LES_EPLATURES
LSXY LEYSIN
LSZL LOCARNO
LSZT LOMMIS
LSZA LUGANO
LSZO LUZERN_BEROMUNSTER
LSTR MONTRICHER
LSTO MOTIERS
LSGN NEUCHATEL
LSPO OLTEN
LSER RARON
LSGR REICHENBACH
LSGK SAANEN
LSZS SAMEDAN
LSXV SAN_VITTORE
LSPF SCHAFFHAUSEN
LSZX SCHANIS
LSGS SION
LSZV SITTERDORF
LSZK SPECK_FEHRALTORF
LSZR ST_GALLEN_ALTENRHEIN
LSXA TAVANASA
LSZW THUN
LSPN TRIENGEN
LSXU UNTERVAZ
LSPV WANGEN_LACHEN
LSPH WINTERTHUR
LSGY YVERDON
LSEZ ZERMATT
LSZH ZURICH
LSTZ ZWEISIMMEN

(FIN DU TEXTE A RECOPIER CI-DESSUS)


Pour les utilisateurs de MAC.


J'ai évoqué ce script équivalent, qui formate aussi les VAC en vue d'un chargement dans Air Navigation Pro (ANP).

Il existe également l'application Etap (disponible sur Dropbox), écrite par Brett Anthoine, du GVM de Bex, et qui récupère automatiquement en quelques clics les cartes VAC et AREA du CD pour les intégrer dans Air Navigation Pro, au travers du serveur WebDav.

L'utilisation en est simplissime :
- Lancer l'application
- Cliquer sur "Select source" et choisir le dossier qui contient le evfrm
- Activer le serveur webdav sur Air Nav Pro
- Noter la bonne adresse IP
- Cliquer sur "Upload"
- Attendre que tous les terrains aient le petit vu à droite

Pour les utilisateurs d'Android.


Je ne possède ni tablette Android, ni cette version d'ANP et ne peux par conséquent donner de marche à suivre détaillée. Toutfois, si la version Android d'ANP est capable d'afficher des documents au format PDF, il doit forcément être possible d'y transférer les VAC en modifiant mon batch file de sorte que le format des noms de répertoires et de fichiers corresponde aux spécifications propres à la version Android - se référer le cas échéant au manuel d'ANP.

Good luck !

mercredi 1 août 2012

AIP VFR Suisse en version électronique.

On n'osait plus l'espérer, mais après des années d'attente qui semblaient devoir se prolonger encore éternellement, Skyguide s'est ENFIN décidé à proposer début 2012 l'AIP VFR Suisse en version électronique, permettant d'emporter et de consulter cette précieuse - et volumineuse - documentation sur nos tablettes et autres ordinateurs portables sans devoir tout scanner.

Ne rêvez pas, il ne s'agit pas d'un accès en ligne systématiquement mis à jour à chaque cycle comme le font nos voisins, non, l'AIP Suisse est entrée dans l'ère numérique par la petite porte de la préhistoire informatique : un CD-ROM fourni chaque mois (contre un supplément dépassant très largement son coût - pas d'argent, pas de Suisse) avec la mise à jour de la version papier, par abonnement, ou à la place de la version papier (un peu moins cher). So 1990 !

Mais bon, ça a le mérite d'exister et cela représente un progrès comparé au vide sidéral qui régnait jusqu'alors - on peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein - ne nous plaignons pas, même si le moyen de distribution est très perfectible, et voyons ce que l'on peut en faire.

Le format choisi est celui de documents PDF répartis dans une arborescence quelque peu tortueuse, avec un index HTML faisant appel à des routines en javascript pour consulter les documents.

La mise à jour consiste à recevoir à chaque cycle un CD-ROM remplaçant le précédant, chacun contenant donc l'intégralité de l'AIP. L'avantage est que l'utilisateur qui loupe une mise à jour se rattrape intégralement à la mise à jour suivante.

Si les documents PDF ont le mérite de pouvoir être lus sur n'importe quelle plateforme (ce choix est en cela louable), c'est moins le cas des routines javascript, et l'arborescence tortueuse ainsi que la nomenclature des fichiers ne se prêtent guère au stockage et à la consultation sur tablettes comme l'iPAD, ainsi qu'à une mise à jour aisée à chaque cycle.

Utilisation sur tablette et mise à jour.


Pour pouvoir utiliser cet AIP électronique sur une tablette, il faut donc trouver un moyen d'y transférer les documents PDF et de les classer de manière à les rendre aisément consultables. Après l'arborescence tortueuse et le support d'un autre âge vendu exagérément cher, une autre caractéristique quelque peu regrettable de ce CD-ROM est que le nom des documents d'aérodromes (cartes VAC, ADINFO) ne contient que le code OACI de l'aérodrome, ce qui ne facilite vraiment pas les recherches si l'on ne connaît pas ce code.
Mais à part ça, Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien...

J'ai donc opté pour une arborescence plus claire, par chapitres (GEN, RAC, VAC, etc.) comparables à ceux de la version papier, et les documents d'aérodromes, rassemblés dans un onglet VAC, contiennent désormais le nom de l'aérodrome, suivi du code OACI (exemple : GENEVE_LSGG_VAC.pdf, GENEVE_LSGG_ADINFO.pdf).

Pour ce faire, j'ai mis au point un petit outil (fourni ci-après), récupérant automatiquement les fichiers du CD-ROM et les disposant où je le désire sur mon PC (dans l'exemple fourni E:\AIP_Suisse), en complétant judicieusement le nom des aérodromes pour une recherche plus aisée.

Dans la pratique, j'ai choisi de mettre l'AIP électronique dans un répertoire de ma Dropbox (il suffit de faire pointer la routine vers ce répertoire) : ainsi j'y ai accès depuis n'importe quel ordinateur connecté au web (même sans Dropbox installée).

Sur mon iPAD, j'utilise l'application GoodReader, que j'ai connectée au répertoire de ma Dropbox contenant l'AIP Suisse. Ainsi je maintiens l'AIP à jour sur mon iPAD tout simplement en pressant la touche "synchroniser" de GoodReader - il suffit d'avoir du WiFi. On peut aussi transférer les fichiers par iCloud, ou manuellement par le serveur WebDAV, ou encore par cliquer-glisser dans iTunes.

L'AIP électronique organisée sur l'iPAD selon les chapitres de la version papier

Le répertoire des aérodromes

VAC d'Yverdon



Note : GoodReader est une application payante. On peut aussi travailler avec iBooks, qui est gratuit, mais les fichiers transférés arrivent tous dans le répertoire racine et il faut alors les répartir manuellement dans des onglets, c'est un peu plus pénible.

Outil de récupération des fichiers du CD-ROM.


C'est tout bêtement ce qu'on appelle un batch file, que tout utilisateur de PC peut recréer à son tour en quelques clics de souris, sans connaissance ni outils particuliers. Pour les utilisateurs de Mac, je donne en fin de billet un lien vers un site proposant un script à peu près équivalent.

Pour créer un batch file : il suffit de copier le code que je donne ci-dessous et de le coller dans un nouveau document texte édité par exemple avec Notepad (clic droit de la souris sur le bureau, nouveau >, Document texte) et de l'enregistrer avec une extension .bat au lieu de .txt (attention à ceux qui ont activé l'option masquant l'extension des fichiers : contrôler après sauvegarde que l'icône du fichier ainsi créé a changé, avec un engrenage. Vous pouvez aussi contrôler l'extension masquée du fichier dans "propriétés"). L'extension batch rend le fichier exécutable depuis n'importe où par un simple double-clic (le fichier peut être par exemple placé sur le bureau ou comme chez moi dans le répertoire de travail). Il peut être édité avec un clic droit de la souris (Modifier), puis sauvegardé à nouveau.

Voici le code du batch file, que j'ai personnellement nommé LAUNCH_AIP_UPDATE.bat (un grand merci à foxidrive du forum dostips.com pour son aide précieuse) :

LAUNCH_AIP_UPDATE.bat

(DEBUT DU CODE A RECOPIER CI-DESSOUS)


@echo off

rem *****************************
rem faites vos modifications ici
rem
set cdrom="g:"
set target="E:\AIP_Suisse"
rem *****************************

for /f "delims=" %%a in ('dir "%cdrom%\eVFRM\" /ad /b') do set "update=%%a"
echo Update release is "%update%"
echo.

rem ***************************
rem folders tree check/creation
rem ***************************

if exist "%target%\AGA" (
rem echo OK, AGA folder exists.
FOR %%A IN (%target%\AGA\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\AGA"
echo AGA folder created
)
if exist "%target%\AMDT" (
rem echo OK, AMDT folder exists.
FOR %%A IN (%target%\AMDT\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\AMDT"
echo AMDT folder created
)
if exist "%target%\COM" (
rem echo OK, COM folder exists.
FOR %%A IN (%target%\COM\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\COM"
echo COM folder created
)
if exist "%target%\COR" (
rem echo OK, COR folder exists.
FOR %%A IN (%target%\COR\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\COR"
echo COR folder created
)
if exist "%target%\GEN" (
rem echo OK, GEN folder exists.
FOR %%A IN (%target%\GEN\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\GEN"
echo GEN folder created
)
if exist "%target%\MAP" (
rem echo OK, MAP folder exists.
FOR %%A IN (%target%\MAP\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\MAP"
echo MAP folder created
)
if exist "%target%\RAC" (
rem echo OK, RAC folder exists.
FOR %%A IN (%target%\RAC\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\RAC"
echo RAC folder created
)
if exist "%target%\SUP" (
rem echo OK, SUP folder exists.
FOR %%A IN (%target%\SUP\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\SUP"
echo SUP folder created
)
if exist "%target%\VAC" (
rem echo OK, VAC folder exists.
FOR %%A IN (%target%\VAC\*.*) DO DEL %%A
) else (
MD "%target%\VAC"
echo VAC folder created
)
if exist "%target%\VFR GUIDE" (
rem echo OK, VFR GUIDE folder exists.
) else (
MD "%target%\VFR GUIDE"
echo VFR GUIDE folder created
)

rem ***************************
rem fetch and rename VAC files
rem ***************************

echo.
echo Copying VAC files
pushd "%cdrom%\eVFRM\%update%\chart\"
for %%a in ("LS_ADINFO_*") do (
for /f "tokens=1-4,* delims=_" %%b in ("%%a") do (
for /f "tokens=2" %%z in ('find /i "%%e" ^< "%target%\ICAO_code_list.txt"') do ( echo copying %target%\VAC\%%z_%%e_%%f"
copy /b /y "%%a" "%target%\VAC\%%z_%%e_%%f"
)
)
)
popd echo.
rem ***************************
rem fetch and rename ADINFO files
rem ***************************
echo.
echo Copying ADINFO files
pushd "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\"
for %%a in ("LS_ADINFO_*") do (
for /f "tokens=1-5 delims=_." %%b in ("%%a") do (
for /f "tokens=2" %%z in ('find /i "%%e" ^< "%target%\ICAO_code_list.txt"') do (
IF /i "%%f"=="pdf" (
echo copying %target%\VAC\%%z_%%e_ADINFO.%%f"
copy /b /y "%%a" "%target%\VAC\%%z_%%e_ADINFO.%%f"
) ELSE (
echo copying %target%\VAC\%%z_%%e_%%f_ADINFO.pdf"
copy /b /y "%%a" "%target%\VAC\%%z_%%e_%%f_ADINFO.pdf"
)
)
)
)
popd
rem ***************************
rem fetch remaining files
rem ***************************
echo.
echo copying other PDF files, may take a little time, please wait...
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_AGA*.pdf" "%target%\AGA" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\chart\LS_AGA*.pdf" "%target%\AGA" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_COM*.pdf" "%target%\COM" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_COR*.pdf" "%target%\COR" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_GEN*.pdf" "%target%\GEN" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_MAP*.pdf" "%target%\MAP" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_RAC*.pdf" "%target%\RAC" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\full\LS_VFR*.pdf" "%target%\" >nul

copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\AMDT\*.*" "%target%\AMDT\" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\SUP\*.*" "%target%\SUP\" >nul
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\%update%\VFG\*.*" "%target%\VFR GUIDE\" >nul

echo.

rem ***************************
rem copy update profile
rem ***************************

echo copying update information
FOR %%A IN (%target%\*.xml) DO DEL %%A
copy /b /y "%cdrom%\eVFRM\eVFRM_list.xml" "%target%\Last_update_%update%.xml"

echo.
echo Update number %update% done.
pause


(FIN DU CODE A RECOPIER CI-DESSUS)

Pour fonctionner, ce batch file a encore besoin de 3 choses supplémentaires :

1) tout en haut du texte, dans la zone indiquée par rem faites vos modifications ici, il faut renseigner la lettre de votre lecteur de CD-ROM (chez moi : G).

2) juste en-dessous, il faut renseigner le répertoire de destination sur votre disque dur (ici E:\AIP_Suisse). Si ce répertoire n'existe pas, il faut le créer avant d'exécuter le batch file.
Chez moi j'ai copié ici le chemin d'un répertoire de ma Dropbox.
3) dans le répertoire de destination que vous aurez indiqué et créé, il faut enfin créer un fichier texte (clic droit, nouveau >, Document texte) dans lequel vous recopiez le code ci-dessous, et que vous renommez ICAO_code_list (attention à la casse et aux "_"). L'extension de ce fichier reste .txt et il est important que ce fichier soit placé dans le répertoire cible que vous avez indiqué en haut du batch file.

ICAO_code_list.txt

(DEBUT DU TEXTE A RECOPIER CI-DESSOUS)

LSPM AMBRI
LSPA AMLIKON
LSZE BAD_RAGAZ
LFSB BALE_MULHOUSE
LSXB BALZERS
LSTB BELLECHASSE
LSZB BERN
LSGB BEX
LSZP BIEL_KAPPELEN
LSZF BIRRFELD
LSZQ BRESSAUCOURT
LSZC BUOCHS
LSZU BUTTWIL
LSZJ COURTELARY
LSPD DITTINGEN
LSGE ECUVILLENS
LSZI FRICKTAL_SCHUPFART
LSGG GENEVE
LSZG GRENCHEN
LSGT GRUYERES
LSXG GSTEIGWILER
LSZN HAUSEN_AM_ALBIS
LSGP LA_COTE
LSPL LANGENTHAL
LSGL LAUSANNE
LSXL LAUTERBRUNNEN
LSGC LES_EPLATURES
LSXY LEYSIN
LSZL LOCARNO
LSZT LOMMIS
LSZA LUGANO
LSZO LUZERN_BEROMUNSTER
LSTR MONTRICHER
LSTO MOTIERS
LSGN NEUCHATEL
LSPO OLTEN
LSER RARON
LSGR REICHENBACH
LSGK SAANEN
LSZS SAMEDAN
LSXV SAN_VITTORE
LSPF SCHAFFHAUSEN
LSZX SCHANIS
LSGS SION
LSZV SITTERDORF
LSZK SPECK_FEHRALTORF
LSZR ST_GALLEN_ALTENRHEIN
LSXA TAVANASA
LSZW THUN
LSPN TRIENGEN
LSXU UNTERVAZ
LSPV WANGEN_LACHEN
LSPH WINTERTHUR
LSGY YVERDON
LSEZ ZERMATT
LSZH ZURICH
LSTZ ZWEISIMMEN

(FIN DU TEXTE A RECOPIER CI-DESSUS)

Vous l'aurez compris : il s'agit-là simplement d'une table de correspondance entre les codes OACI et les noms d'aérodromes, dans laquelle le batch file va puiser.

Ainsi, grâce à ce petit outil très simple, je n'ai qu'à insérer le CD-ROM et double-cliquer sur LAUNCH_AIP_UPDATE.bat pour mettre à jour mon AIP, puis synchroniser mon iPAD. À la fin de l'opération, un fichier .xml indiquant le numéro d'update est encore placé dans le répertoire de travail. Plus rien à voir avec la fastidieuse mise à jour du classeur papier !

Vous pouvez également très facilement porter des modifications au batch file afin d'organiser les fichiers à votre convenance.

Attention : ce batch file se base sur la structure actuelle du CD-ROM. Si vous l'utilisez, vérifiez tout de même que tous les fichiers ont bien été transférés et que votre AIP est au final complet et à jour. Il se pourrait notamment que l'éditeur change à l'avenir des éléments du CD-ROM, nécessitant des adaptations dans le batch file.

Si le batch file génère des erreurs ou fonctionne mal, vérifier la mise en page et l'intégrité des instructions.

Pour les utilisateurs de Mac

On trouve ici un script à peu près équivalent en version Mac.
À la différence de mon batch file ci-dessus, celui-ci formate les VAC en vue d'un chargement dans Air Navigation Pro (ANP).

Intégration des VAC dans Air Navigation Pro

Plutôt que de modifier trop profondément ce billet, j'en ai publié un nouveau, dédié à ce sujet.